Tout comme les hommes, les femmes doivent s’entrainer durement pour être prêtes pour l’échéance d’une compétition de judo. Ainsi, il faut s’entrainer physiquement mais aussi psychologiquement. Et surtout, il faut entrer dans sa catégorie de poids.

Comment se préparer lorsqu’on est une femme ? Quelles sont les difficultés face au poids ? Voici tous nos conseils pour bien réussir votre préparation à la compétition en tant que femme et athlète.

Être au poids : le premier combat

Généralement, la balance est l’ennemi de tous les judokas. Même les meilleurs sont mis à rude épreuve face à leur poids. Bien sûr, tout dépend du poids que vous avez à perdre et du temps que vous avez devant vous. Il n’est pas rare de voir les athlètes préférer attendre la dernière semaine pour perdre plusieurs kilos.

Les compétiteurs arrivent donc desséchés, affamés et surtout très mal en point à la compétition. Hommes comme femmes sont concernés par ce type de régime. Cependant, une chose diffère.

Les hormones chez les femmes sont imprévisibles. Alors que la veille vous étiez au poids, le lendemain, vos menstruations ont tout déréglé. Et certaines d’entre vous ont peut-être déjà pris 1 voire 2 kilos. Il faut donc anticiper ce moment. En tant que femme et athlète, perdre du poids pour une compétition, c’est se préparer plusieurs semaines à l’avance. Il faut anticiper les problèmes éventuels comme celui de l’arrivée des règles.

D’autant plus qu’une fois qualifiée dans une catégorie, vous ne pouvez plus en changer. Si vous n’êtes pas au poids, il vous sera donc impossible de combattre.

S’entrainer

Une échéance se prépare plusieurs semaines à l’avance. Il faudra mêler entrainement techniques et physiques. Attention, il ne faudra pas négliger l’importance de la préparation mentale également.

L’entrainement mental

Si vous préparez une compétition importante, comme un championnat de France par exemple, il faut que vous soyez prête à affronter cet évènement. Alors que dans les clubs, votre entraineur sera également votre guide, d’autres pourront profiter d’un préparateur mental. Là, rien ne diffère vraiment de la préparation masculine. Il faut s’apprêter à affronter plusieurs adversaires.

L’entrainement physique

Cette préparation se compte, elle aussi, en semaines. Encore loin de l’échéance, vous pourrez faire des entrainements variés avec des partenaires de gabarits différents.

Plus l’on se rapproche de la date de la compétition, plus il faudra sélectionner ses partenaires. En effet, il ne faut pas vous blesser. Il faut aussi pouvoir se rapprocher de la réalité de la compétition. C’est ici que les difficultés commencent pour une femme. Lors des entrainements en club, il n’est pas rare d’être la seule femme. Il faut alors trouver des hommes qui se rapprochent le plus de votre gabarit.

Vous êtes donc souvent amenée à travailler avec les catégories cadettes. Ces jeunes garçons peuvent avoir votre profil physique mais leur judo manque encore de maturité. Sinon, vous serez contrainte de vous déplacer dans différents clubs pour rencontrer d’autres femmes.