Discipline aussi gracieuse qu’exigeante, le kung-fu est un art martial qui permet aux pratiquantes d’explorer différentes facettes de leur féminité. Entre souplesse et force, la quête de l’équilibre physique les mène bien souvent vers une voie beaucoup plus spirituelle, apportant apaisement intérieur et maitrise de soi.

Quels sont les principes de base du kung-fu ?

Le kung-fu est plus qu’un simple art martial. Il regroupe en fait différents styles pratiqués selon les origines et les époques sur tout le territoire chinois : Changquan pour le nord, Nanquan pour le sud, Taijiquan, etc. Étymologiquement, le terme provient de kung, la maitrise, et fu, la technique.

La pratique se déroule à main nue ou avec différentes armes telles que :

  • l’épée;
  • la lance;
  • le bâton;
  • le sabre;
  • le couteau;
  • le nunchaku;
  • et bien d’autres.

Cette pluralité d’armes disponibles repose sur le fait que le kung-fu, ou wushu en mandarin, devait initialement convenir à n’importe quel homme, paysan ou guerrier. Chacun se battait donc avec les armes à sa disposition, des plus belles épées de l’armée aux plus simples bâtons de la campagne. Les moines Shaolin retiennent néanmoins 18 armes comme officielles.

Bien souvent, le pratiquant maitrise à la fois des formes à mains nues et plusieurs formes avec des armes, selon sa prédilection. Ceci lui permet de varier les entrainements et de s’améliorer sans cesse en renouvelant ses apprentissages.

Pourquoi faire du kung-fu en tant que femme ?

La version moderne du kung-fu porte beaucoup d’attention à la qualité esthétique des mouvements. Chaque détail, depuis un pouce bien placé jusqu’au jeu du regard, participe à la réussite de la forme réalisée. Les femmes pratiquantes de kung-fu apprécient naturellement le mélange de mouvements de combats et de pas presque dansés, qui aident à retenir plus facilement les enchainements.

D’autre part, la souplesse requise en kung-fu vient plus naturellement chez la gente féminine, à cause d’une constitution physique différente de l’homme. Le grand écart, les coups de pieds à hauteur de tête s’acquièrent rapidement avec des étirements réguliers. Cette progression augmente la motivation et la confiance en soi.

La pratique du kung-fu a bien d’autres vertus pour les jeunes filles ou les femmes plus âgées :

  • développement de la confiance dans les situations de conflit;
  • meilleure maitrise de soi et de ses émotions;
  • libération du stress;
  • amélioration de l’équilibre et de la conscience du corps;
  • accessibilité aux bienfaits du kung fu à tout âge et à toute condition physique;
  • tonification de la silhouette et travail du cardio;
  • sociabilisation au sein d’un club de kung-fu;
  • possibilité d’accéder rapidement à des concours du fait du peu de licenciées;
  • développement de la concentration et de la mémoire;
  • possibilité de s’entrainer n’importe où, à tout moment.

Pour celles que la rapidité et la puissance du kung-fu rebutent, découvrez également le tai chi ou taiji quan, une forme de wushu lente et relâchée aux nombreux bienfaits.